Vivre !

Ce qui n’était pas trop ne m’était rien. […] Je me sentis mélancolique. Je regrettai de ne pas savoir user du monde.

 Marie Desplechin, écrivaine français
Sans moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*