Militant(s)

Une existence pleine de passions, de gaité, d’expériences, de recherches intellectuelles, de créations imaginaires et de moments intenses est le meilleur réservoir des idées et des actes radicaux.
La révolution n’est pas affaire de slogans ; il est d’ailleurs frappant de constater le terrible manque de curiosité intellectuelle des milieux radicaux, au nom de la condamnation globale et globalement facile de la « culture bourgeoise », du « spectacle » ou de la « recherche universitaire » (selon sa chapelle).
[…]Comme je l’ai dit à un hyper-radical des années 80 devenu hyper-réac dans les années 2000 : on ne fait pas la révolution avec des aigreurs, il faut donc savoir vivre sans attendre.

Serge Quadrupanni, écrivain, traducteur, militant,
Source: numéro 4 d’Article 11, mai-juin 201

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*