Immortalité

Un jour que je bavardais avec Walford, je lui demandai sur le ton de la plaisanterie combien de temps pourraient vivre les humains si les recherches en cours sur la programmation génétique du vieillissement aboutissaient. Il me répondit, le plus sérieusement du monde, avec ce plissement des paupières que connaissent bien ses nombreux amis, six cents ans. Je m’étonnai : pourquoi six cents ans ? Parce que, me répondit-il, les statistiques des compagnies d’assurances indiquent qu’au bout de ce temps là tout le monde a connu un accident mortel. Peut-être, cependant, la perspective de l’immortalité physique rendrait-elle les humains plus prudents.

Gérard Klein, économiste, éditeur et auteur de Science-Fiction

Source: à retrouver ? (sans doute une préface de roman)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*