Guerre (et féminisme)

Je suis ennemie de la guerre parce que féministe. La guerre est le triomphe de la force brutale, le féminisme ne peut triompher que par la force morale et la valeur intellectuelle.

 Hélène Brion, institutrice, déclaration à son procès pour traîtrise et défaitisme du fait de son pacifisme, 1918

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*